Orientation, le Guide de l'Enseignement Privé

Métiers & Engagements

Keltoum, analyste approvisionneur chez Bluestar Silicones

Keltoum BELHOCINE, Analyste Approvisionneur chez Bluestar silicones

« Mon métier ? Je réduis les coûts globaux, j’optimise les achats de matières premières et emballages, je fais en sorte que les clients internes soient satisfaits ».

« Les silicones, je n’y connaissais rien avant. Ça ne se limite pas aux joints de salle de bain ! Les utilisations et applications sont très vastes (des collants Dim’up aux joints de culasse, panneaux solaires, les peintures ou les tétines de biberon) ; ce sont des produits très techniques dont la fabrication mobilise des matières variées, pour certaines très couteuses et sensibles ; l’approvisionnement exige le respect de contraintes de sécurité fortes, l’objectif étant d’éviter toute rupture de stock pour la production. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Je synchronise les besoins clients (produits finis, emballages, délais, conditions de livraison) et les capacités de production (ordonnancement, matières premières, stockage, protocoles sécurité, qualité). Je travaille aussi avec la logistique (Supply-Chain) pour coordonner la préparation des commandes et le transport. Mes connaissances en gestion de stock et en transport international (incoterms), acquises dans mon métier précédent (J’ai été auparavant exploitante de transport frigorifique) et les langues (anglais-espagnol) sont des atouts précieux pour mon métier. La communication avec le client sur nos capacités à le servir « on time, in full » est le critère d’efficacité »

« Comment suis-je arrivée à cette fonction ? En fin de 3ème, mes parents n’avaient pas de connaissance des filières et des métiers qui me seraient accessibles. J’ai fait un CAP BEP comptabilité et gestion, puis une 1ere d’adaptation pour obtenir un Bac d’enseignement général, action et communication commerciale. Ensuite j’ai fait une 1ere année de BTS assistante de direction, qui ne m’a pas convenu ; ce n’était pas mon profil. Au lycée on ne nous a pas beaucoup aiguillés, pas mis en relation avec des professionnels ; on nous disait : « le CIO se trouve là, la bibliothèque dispose de guides sur les métiers, allez-y !… » Alors on fait comme les autres : soit filière comptabilité, soit la filière assistance de direction. En terminale, on est encore scolaire, on veut se comporter en adultes et on n’ose pas demander ».

« Quand j’ai fait mon bilan de compétences, (je l’ai fait 10 ans trop tard à 30 ans) j’ai beaucoup appris sur moi-même, cela a été un révélateur de mes capacités, et surtout de ce que je voulais et ne pouvais pas supporter ; cela a mis des mots sur ce que je pouvais faire / ne pas faire. J’aurai fait un bilan de compétence dès la terminale, j’aurai su quoi faire et j’aurai perdu moins de temps. Ce bilan m’a permis de retourner à l’école pendant 1 an pour valider un Titre de technicien Supérieur en Méthode et Exploitation Logistique. 10 ans plus tard (avec 10 ans d’expérience acquise) je vais intégrer un Master 2 à l’université.

Quelques conseils aux jeunes gens qui veulent s’orienter

  1. Vous êtes pleins d’envies, de désirs de puissance et d’action ; commencez par développer votre culture économique, pour comprendre les enjeux des secteurs professionnels que vous visez, et leur dépendance aux métiers que vous envisagez.
  2. Sortez des chemins battus ; regardez autour de vous les métiers sont très divers. Il existe plein d’opportunités de travail en France, mais à trop limiter le champ de recherche, on ne trouve rien. Des études de commerce, par exemple : il faut élargir aux activités amont et aval de la Supply Chain (comme les appros/achats relations fournisseurs ou sous-traitant), et des transports (négociation des tarifs, gestion des douanes, qualité) ce sont des métiers ouverts auxquels les gens ne pensent pas, alors que nombre de secteurs de la vente sont bouchés.
  3. Si vous ne savez pas quoi faire, faite un bilan de compétences. Si vous le faites avec sérieux, vous apprendrez beaucoup sur vous-même, vous ciblerez mieux vos études et votre orientation.
  4. Si vous savez ce que vous voulez, vérifiez que c’est bien ce que vous cherchez. Allez voir des professionnels du métier que vous visez, faites des stages, travaillez pour comprendre si cet environnement professionnel vous convient. Vérifiez le cursus, surtout s’il est long ; assurez-vous que vous vous sentez capables de le faire jusqu’au bout. Si ce n’est pas possible tout de suite ce n’est pas grave, vous pouvez différer, grâce au droit à la formation continue, vous pouvez replonger dans les études après avoir travaillé.
  5. Croyez en vous : vous pouvez toujours, c’est ce que je dis à mes enfants. Si vous ne trouvez pas votre bonheur en France, partez à l’étranger, le monde vous attend.
  6. Votre premier métier n’est pas définitif ; le monde change et il y a plein de passerelles dans la vie ; à chaque étape vous allez acquérir des connaissances et des pratiques professionnelles, vous exercerez dans un contexte et développerez vos relations. Entretenez votre réseau, faites-vous des amis, des gens qui apprécient votre sérieux dans les affaires et qui ont confiance (et réciproquement). Un moment donné, vous pourrez glisser d’un secteur à un autre pour exercer un métier de même nature, ou vous irez en amont ou en aval de la fonction que vous occupez pour prendre de nouvelles responsabilités et élargir votre champ d’action ;
  7. Exploitez ce que vous connaissez et maitriser déjà ; je pense aux nouvelles technologies (internet, réseaux sociaux…) il y a tant à faire dans les entreprises.
  8. Enfin OSEZ car vous êtes jeune et vous n’avez rien à perdre !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial. Une formation pour la vie.

« À 14, 17 ou 18 ans, il n’est pas anormal de se demander ce que l’on peut faire dans la vie et, pour s’y préparer, vers quelles études s’orienter. L’orientation est un exercice délicat au croisement des désirs, opportunités, compétences réelles ou supposées, prouvées ou en attente, et aussi de la ténacité.

Le mystère d’une vocation qui se révèle c’est une façon nouvelle de s’exposer dans le quotidien d’un métier, un engagement. Un phénomène joyeux, qui donne au travail le sens d’une mission, qui donne sa valeur à l’existence.

L’école joue un rôle important dans la préparation des jeunes à aborder la vie professionnelle ; la dimension humaine – la façon dont ils exerceront leur futur métier – se construit aussi dans les relations et les expériences de vie en groupe.

Mais les métiers sont tellement bousculés, dans un contexte changeant, que la préparation à un métier spécifique a moins de sens aujourd’hui que le développement des compétences et le renforcement des relations.

Rechercher un établissement

Types d'Établissement :
Écoles post bac
Établissements de formations aux professions de l'action sociale et médico-sociale
Formations en alternance
Lycées agricoles
Enseignement supérieur
Établissements associés enseignement catholique
Lycées professionnels
Lycées enseignement général et technologique
Collèges
Écoles de production
Université Catholique de Lyon
Départements :
Ain
Rhône
Isère
Loire
Roannais
Mots Clès (facultatif) :