Orientation, le Guide de l'Enseignement Privé

handicap

Se donner les moyens de l’inclusion scolaire

Posté le par dans ,

L’inclusion scolaire ? S’en donner les moyens…

AVS, EVS, AESH, voici quelques acronymes qui parlent aux parents qui ont des enfants à besoins éducatifs particuliers mais aussi aux chefs d’établissement et aux équipes pédagogiques qui les accueillent dans leurs établissements, leurs classes.

Depuis la loi de 2005 qui a rendu obligatoire, progressivement, l’accès des établissements aux personnes porteuses de handicaps, l’Education Nationale a aussi fait sa mue pour devenir une école inclusive. L’idée est d’accueillir au sein des classes tous les enfants de la Nation, qu’ils aient ou non des besoins éducatifs particuliers. Ultime acte, la transformation des Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS ou EVS) en AESH, ou Accompagnant d’Elèves en Situation de Handicap, rattachés à des PIAL, ou Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés (des lycées publics).

Sur le papier tout semble idyllique : L’élève a un besoin. Il existe des AESH. Il a un accompagnant pour avoir la meilleure scolarisation possible.

La réalité est plus complexe : La famille doit saisir la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) à travers un dossier. Cette demande va permettre à la MDPH de construire un PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation). C’est sur la base de ce PPS que la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) va se prononcer sur le besoin d’un accompagnant à titre individuel (rare) ou mutualisé (pour plusieurs élèves à besoins éducatifs particuliers). De là, l’équipe éducative va devoir remplir un tableau de bord (le GEVASCO première demande) puis assister à des Equipes de Suivi de la Scolarisation (ESS) afin que l’année se passe au mieux pour l’élève notifié. Et l’année suivante ? Bis repetita (avec un GEVASCO plus léger !). Et au changement d’établissement (de l’école au collège, du collège au lycée) ? Bis repetita. 

Chaque famille doit à chaque fois expliquer à nouveau, refaire des démarches, convaincre, se battre sans cesse, avec plus ou moins de fortune suivant les enseignants de la classe, le chef d’établissement en place…

C’est en partant de ce constat que le centre scolaire Saint Louis -Saint Bruno a demandé à son Organisme de Gestion (OGEC) de pouvoir salarier, sur un temps partiel, une enseignante, formée, afin de suivre les élèves à besoin éducatifs particuliers de l’école au lycée. Ce référent EBEP (élève à besoin éducatifs particuliers) peut ainsi être un relai précieux pour les familles mais aussi pour les équipes éducatives. Il peut aussi se battre plus facilement pour obtenir la reconnaissance d’un besoin d’accompagnant. Il permet à des jeunes de trouver leur place dans un milieu scolaire ordinaire. Grâce à lui, la complexité de la réalité est moins lourde. Quel est l’enjeu ? Soutenir sans faire à la place de…, ce qui n’est pas simple mais passionnant.

Christophe Nicoud, Chef d’établissement Saint Louis Saint Bruno, Lyon 1er 

Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher un établissement

Types d'Établissement :
Écoles post bac
Établissements de formations aux professions de l'action sociale et médico-sociale
Formations en alternance
Lycées agricoles
Enseignement supérieur
Établissements associés enseignement catholique
Lycées professionnels
Lycées enseignement général et technologique
Collèges
Écoles de production
Université Catholique de Lyon
Départements :
Ain
Rhône
Isère
Loire
Roannais
Mots Clès (facultatif) :